• Ma première fessée (première partie)

    Première partie du poème de ma première fessée. 

    Sur le quai de la gare, 

    Je regarde les départs.

    Nantes est ma destinée 

    Pour y être fessée.

     

    J'étais peu tranquille

    D'aller dans cette ville

    Sachant ce qui m'attendait

    Après s'être présentés.

     

    Le train prit sa route 

    Et sans aucun doute,

    Me conduit à destination,

    Dans ce pays Breton.

     

    "Gare de Nantes, 5 minutes d'arrêt "

    Criait le contrôleur une fois arrivé.

    Je descendais du train, le coeur chamboulé,

    Le noeud au ventre et la tête égarée.

     

    Du haut de son duché, Anne me sourit,

    Loin de Barbe bleu son déçu mari.

    Le château ravivait le rappel,

    De la sanction appliquée sur elle.

     

    Le busway direct m'emmené,

    Devant l'hôtel que j'avais réservé.

    Sans hésitation aucune, à l'arrêt 

    Vers ce grand bâtiment me dirigeait.

     

    Devant le hall j'entrais,

    Récupérer la chambre réservée. 

    La valise déposée et mon père prévenu,

    Je descendis à l'entrée comme convenu.

     

    Monsieur devait arriver.

    5 minutes nous séparaient. 

    Le portable allumé, 

    J'observais l'arrêt.

     

    Du monde descendait,

    Mais peu vers moi venait.

    Le téléphone à nouveau bipait,

    Monsieur m'annonçait ... s'être paumé.

     

    Je ne peux m'empêcher de rire

    Lui le nantais en train de courir,

    Dans une ville qu'il connaissait

    Bien mieux que moi, faut l'avouer.

     

    Enfin, Monsieur arriva,

    Et devant moi se planta.

    Regard rassurant,

    Il me dit en souriant.

     

    "Bonjour Mica, 

    Je suis enfin là. 

    Ne te moque pas

    Ici je ne connais pas."

     

    Ne pas me moquez !!

    Fallait pas rêver. 

    Une telle occasion,

    Faisait le larron. 

     

    "Ce léger retard change nos plans,

    La crêperie ... pour demain évidemment,

    Nous mangerons ici et ferons connaissances,

    A l'issue de quoi, tu me diras ce que tu penses".

     

    L'après-midi très riche s'est déroulée,

    Me rassurant sur notre jeu et notre complicité.

    Je ne pouvais alors qu'admettre 

    Tout ce que cette aventure aller me permettre.

     

    Nos accords étant signés,

    Monsieur me dit alors décidé.

    "Demain tu recevras ta première fessée,

    A présent, tu ne peux y échapper.

     

    Elle sera à la hauteur d'une première fois,

    La plus gentille que tu recevras. 

    Toutes les prochaines seront plus sévères,

    Mais toujours justes faudra t'y faire.

     

    Je te souhaite une bonne nuit,

    Reposes-toi bien. Comme promis,

    Demain je t'emmène à la crêperie,

    Une fois ta fessée finie."

     

    Il me fallait m'y résigner,

    Demain c'était la fessée.

    Joie et appréhension 

    Étaient sur le même diapason.

     

    Mes yeux finirent par se fermer,

    Sur cette première journée.

    Et pour me réconforter 

    Je pensais à Monsieur égaré.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :