• Bizutage dans la cabane

    Dans la cabane des chipies et des chenapans, nous préparons nos plans. Plans de bêtises bien sûr, mais aussi nous nous réconfortons et rassurons lorsque l'un de nous devra assumer la sanction. 

    Aussi, faire entrer deux chipies, mais aussi fesseuses dans la cabane ne pouvait pas passer incognito. Il fallait les bizuter. Voici en poème, l'histoire racontée.

     

     

     

    J’ai découvert hier dans la soirée,

    Deux nouvelles arrivées.

    Bien qu’elles soient des deux côtés,

    C’est en chipies qu’elles se présentaient.

     

    J’ai demandé ce qu’on pouvait faire,

    Pour introniser nos deux partenaires.

    J’ai proposé une idée digne des louveteaux,

    Verser des fourmis dans leur dos.

     

    Grand-frère m’a aidée,

    Avec sa grande générosité.

    Et dans les boites d’allumette vidées,

    On répartit les fourmis récupérées.

     

    Chipinette arriva de bonne humeur,

    Indiquant de fait que c’était son heure.

    Discrètement, derrière elle je me faufile,

    Et dans le dos verse la boite de manière habile.

     

    Les fourmis s’étalèrent rapidement,

    Devenant un redoutable instrument.

    Chipinette nous narguait,

    Feintant qu’elle aimait.

     

    Voyant le bizutage échouer,

    Il nous fallait rapidement une idée.

    Et d’un seau d’eau froide bien lancé,

    Libéra Chipinette de leur gratouille effrénée.

     

    Elle ne dit mot et alla s’essuyer,

    Quand Petite_Peste à son tour arrivée.

    Même traitement lui était appliqué,

    Mais la réaction différente était.

     

    Nous dûmes trouver autre chose,

    Une action que personne n’ose.

    Je la claquais par compassion,

    Lorsque grand’sœur pris la sanction.

     

    J’avais omis de lui demander,

    L’autorisation de les bizuter.

    C’est au coin que j’ai terminé,

    Le temps pour elle de nous excuser.

     

    Après quoi, il fallait payer,

    Car même entre chipies organisées,

    La discipline doit régner,

    Et c’est pourquoi je fus fessée.

     

    Cinquante claques sur les fesses,

    Bien répartie par Petite_Peste,

    Me rappelèrent très vite,

    Que j’étais la plus petite.

     

    La fessée terminée

    Nous étions réconciliés.

    Le bizutage est réussi

    Et nous avons deux nouvelles amies.


  • Commentaires

    1
    vilaingarnement
    Mercredi 26 Mars 2014 à 19:29

    très beau poème comme d'hab

    2
    Chipinette
    Mercredi 26 Mars 2014 à 22:27

    hé hé!! on n'apprend pas aux vieux singes à faire des grimaces!! je t'ai eu!!! tongue

    3
    Mercredi 26 Mars 2014 à 22:56

    Voui tu as été la plus forte. Et moi j'ai gagné une bonne partie de rigolade ... et une fessée qui n'était pas du tout une obligation d'ailleurs. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Lady
    Jeudi 27 Mars 2014 à 14:34

    j'adore ^^ t'es une vrai chipie ^^ et oui tu es la plus jeune donc fessée

    5
    Jeudi 27 Mars 2014 à 15:47

    Ben c'est pas juste d'abord tongue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :